Notre blog actualités

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes audioprothésistes et moi

Un parcours semé d'embuches (témoignage)

Lorsque j'ai commencé à moins bien entendre, je suis allée consulter un médecin ORL, puis un audioprothésiste pour l'appareillage. Celui-ci s'étant révélé vraiment peu sérieux, j'ai dans un premier temps, comme beaucoup, renoncé aux aides de correction auditive.

Puis mon problème d'audition s'étant aggravé, je me suis dirigée vers un autre audioprothésiste au hasard. J'ai eu la chance de tomber sur une jeune femme sympathique, très à l'écoute qui me disait cette phrase apaisante : « c'est à moi de m'adapter, pas à vous ». Et là, j'ai eu l'impression de revivre !

Pendant de longues années ensuite, j'ai continué à me faire suivre par Mme T. qui était presque devenue une amie.

Année après année, malheureusement mon audition se dégradait et il m'a fallu passer à des appareils surpuissants. Des relations de confiance s'étaient installées et j'omettais de demander des révisions régulières de mes aides auditives ou un contrôle de l'audition avec celles-ci. Le seul entretien était un changement des tubes lorsqu'ils étaient rigidifiés. Je sollicitais bien Mme T. de temps en temps, mais elle ne voulait pas en faire plus.

Graduellement (car les changements étaient insensibles au début), j'éprouvais de plus en plus de mal à communiquer avec mon entourage, même à faible distance. Je commençais à ressentir un malaise indéfinissable, une anxiété, une fuite devant les autres, puis du renoncement et une semi-déprime signifiant du repli.

Lorsque je venais pour changer les tubes chez Mme T. le discours entendu à présent était : « Avec les pertes que vous avez ... »

Elle qui auparavant me donnait toujours une raison d'espérer, commençait à se détourner. Je ne comprenais pas pourquoi elle me parlait aussi vite, aussi bas. Alors elle me disait que, si j'avais du mal à comprendre, c'est que je paniquais !

Après deux essais ratés avec des aides auditives à micros déportés (micros rapprochés de l'entrée de l'oreille) où la perception des sons était pire, je m'entendais dire que je devais m'habituer... –  Tiens, tiens, le discours avait bien changé !

Puis, je me suis rapprochée d'une association de malentendants, Audition et Écoute 33, qui m'a grandement aidée et redonné confiance en me prêtant des aides techniques et surtout en me permettant d'échanger !

Les progrès technologiques en audioprothèse sont constants

Enfin me vint une idée (elle aurait vraiment dû m'être proposée par mon audioprothésiste !) : pourquoi ne pas essayer un modèle récent d’appareils surpuissants ?

Et là, enfin, j'ai eu du son ! Une plénitude sonore ! Et je suis retournée dans le monde des vivants !

Quand je pense que cet appareil existait déjà depuis 2 ans !  J'en ai vraiment voulu à la négligence de Mme T.

  • Pourquoi ne me l'avait-elle pas proposé ?
  • Et pourquoi n'ai-je pas assez insisté pour obtenir un rendez-vous de suivi / d'entretien régulier que l'on paie pourtant lors de l'achat ?

Voilà, j'espère que mon récit encouragera tous les malentendants à être très vigilants sur le suivi et l'entretien de leurs aides auditives et de ne jamais baisser les bras.

Anne-Marie F.