Notre blog actualités

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le cholestéatome, une affection qui touche l'oreille moyenne

Oreille d'un bébé - crédit photo PixabayDepuis mon plus jeune âge j'ai toujours souffert d'otites purulentes, surtout la première année de ma vie lorsque mes dents commençaient à pousser. C'est au cours de cette période qu'un médecin généraliste avait pratiqué plusieurs paracentèses pour évacuer le pus. Ensuite, j'ai continué à faire de otites purulentes. Ma mère, faisant confiance à ce médecin, ne m'a jamais emmenée voir un médecin ORL jusqu'à ce que j'atteigne l'âge de 9 ans, et sur le conseil d'un membre de ma famille.

La consultation de ce spécialiste ORL avait conduit à l'ablation des amygdales ainsi que des végétations.

C'était suite à cette première intervention que mon état s'était aggravé puisque ce spécialiste n'a pas pris au sérieux les suites opératoires. Pendant une année entière, il m'a laissé avec du pus dans les deux oreilles (ce qui se manifestait d'ailleurs par une odeur nauséabonde). Les seuls traitements prescrits consistaient en de bains d'oreille et des gouttes auriculaires à instiller.

A 14 ans, un chirurgien m'avait fait une tympanoplastie à gauche et à 16 ans à droite, car je commençais à perdre de l'audition.

A 18 ans, j'avais développé une nouvelle fois une otite dans l'oreille droite. Malheureusement, mon médecin ORL ne pouvait me recevoir que 3 mois plus tard.  C'était donc un de ses confrères qui avait essayé plusieurs traitements avant de me poser un diabolo.

Dans un deuxième temps, il m'avait opérée des sinus et redressé la cloison nasale. D'après lui, mes otites pouvaient être provoquées par ces causes, mais je risquais surtout de développer à tout moment une méningite étant donné que l'infection se propageait dans la sphère ORL.

Quelques mois plus tard il m'avait opéré encore l'oreille gauche et là, il avait eu la surprise de découvrir un cholestéatome très avancé puisqu'il n'y avait plus d'osselets et que le rocher commençait à être atteint. Il m'avait alors expliqué qu'en raison des otites purulentes que j'avais subi à répétition lorsque j'étais un très jeune enfant, avec très certainement aussi des mastoidites chroniques, ce cholestéatome avait peu à peu pu se développer.

Par la suite, après mon installation à Bordeaux, j'ai été suivie par le professeur Portman qui m'avait reconstruit les osselets après avoir constaté une récidive .

Récemment, une nouvelle récidive a été diagnostiquée suite à des vertiges avec pertes d'équilibre. Elle fait actuellement l'objet d'une surveillance régulière.

Le problème avec mon cholestéatome était l'absence de symptômes à part des violents maux de tête dont je me plaignais à partir d'un certain moment. Le bon côté est que j'ai eu la chance d'avoir été tranquille pendant 30 ans avant cette dernière récidive.

Je voudrais mettre en garde les parents de jeunes enfants contre les complications qu'une otite peut générer pour le restant de la vie d'un individu. Dans mon cas, d'avoir été mal suivie dans mon enfance par plusieurs médecins a conduit à un handicap sensoriel sévère, puisque l'oreille gauche est aujourd'hui sourde profonde et l'audition et d'oreille droite est également atteinte (surdité moyenne). Le port d'appareils auditifs est parfois difficile lorsque l'importance de la surdité impose de embouts auriculaires qui obstruent le conduit auditif alors que les tympans sont perforés ou inflammatoires.
Mieux vaut consulter une fois de trop que de négliger une otite de votre enfant !

Martine B.