Les clés de la réussite de l'appareillage

Il est primordial de procéder à l'appareillage précoce dès les premiers temps de l'apparition de la surdité. Parfois, les acouphènes sont le premier symptome qui peut signifier des baisses auditives sur les fréquences aiguës, sans que cela soit nécessairement perceptible par l'individu. Dès l'apparition d'acouphènes ou de légères pertes auditives, une consultation d'un médecin ORL s'impose, puis doit impérativement se renouveler tous les ans ou tous les deux ans.

consultation orl

Les étapes de la prise en charge

  • La consultation du médecin ORL doit se faire dans le cadre du parcours coordonné, donc sur orientation du médecin généraliste. Toutefois, le patient est totalement libre du choix du spécialiste ORL.

  • Le médecin ORL procédera à un examen approfondi pour détecter une éventuelle pathologie de l'oreille et pratiquera un audiogramme. Il déterminera les causes des troubles de l'audition et préscrira, si besoin était, un appareillage unilatéral ou bilatéral. Parfois, un simple bouchon de cérumen peut être à l'origine de baisses de l'audition significatives. Après l'avoir éliminé, le patient retrouve son audition normale. Il se peut aussi que le médecin ORL décide de procéder à un autre contrôle dans un délai déterminé, si par exemple les pertes auditives sont légères, limitées dans leurs conséquences sur la vie du patient.

  • Si le patient sort de la consultation avec une ordonnance pour un appareillage, il faut prendre rendez-vous chez un audioprothésiste, qui fera de son côté des mesures d'écoute complémentaires ainsi qu'un bilan avec le malentendant sur ce qu'il attend de l'appareillage, avant d'établir un ou plusieurs devis normalisés pour les aides de correction auditive qu'il juge les mieux adaptées au patient. Il existe une bonne dizaine de fabricants et plusieurs centaines d'appareils. Seul l'audioprothésiste est en mesure d'évaluer ce qui convient le mieux au malentendant, selon ses habitudes de vie familiale, culturelle et sociale, ainsi que, le cas échéant, professionnelles. Cependant, il peut être utile de demander un ou plusieurs devis à d'autres audioprothésistes, ne serait-ce que pour évaluer ses qualités d'écoute ainsi que ses compétences pédagogiques et techniques.

  • Parallèlement, il peut s'avérer utile de se faire suivre par un orthophoniste afin d'acquérir les bases de la lecture labiale et travailler la mémoire et la suppléance mentale. La capacité de lecture labiale et de suppléance mentale joue un rôle très important lorsque les baisses de l'audition s'aggravent.

Démarches administratives

  • Si le malentendant est en activité professionnelle (ou en formation professionnelle), il est essentiel de remplir un dossier pour obtenir une RQTH, abréviation pour la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé. Beaucoup de malentendants ne souhaitent pas que cela se sache qu'ils sont atteints de troubles de l'audition. Cette réticence peut être justifiée dans certaines situations, mais bien souvent, ils ont tort de retarder de déposer un dossier à la Maison Départemental des Personnes Handicapées. En effet, seulement les personnes disposant de la RQTH peuvent bénéficier des aides financières servies notamment par l'AGEFIPH ou le FIPHFP dans le cadre d'un aménagement de poste ou d'une simple aide pour rester performant dans l'emploi.

  • Lorsque l'on a le statut RQTH, c'est l'audioprothésiste lui-même qui peut enclencher certaines démarches en vue de l'obtention de certaines aides financières. Demandez-lui dès le premier rendez-vous les renseignements utiles selon votre situation précise. Toutefois, aucune aide financière ne peut être obtenue après avoir acheté les aides auditives. Il faut toujours faire le dossier de demande d'aide financière avant l'achat des appareils auditifs.

Calcul du taux d'incapacité

Il peut être utile de savoir comment est calculté le taux d'incapacité. Lorsque la surdité sévère a un retentissement important sur la vie professionnelle, sociale et personnelle, il est utile de s'informer sur les critères qui déterminent le taux d'incapacité et éventuellement de faire réévaluer en temps utile celui-ci en cas de surdité progressive.

Le taux d'incapacité d'au moins 80% permet d'obtenir la carte d'invalidité qui ouvre droit à une demi-part supplémentaire dans le calcul de votre impôt sur le revenu.

Les informations ci-dessous sont publiées à titre informatif. Il vous appartient de vérifier leur validité.

Enregistrer

Enregistrer