Deux mains qui protègent une oreille des risques auditifs

Etre conscient des risques auditifs

La situation des risques auditifs qu'encourt tout un chacun de nous est alarmante. L'industrialisation a apporté une augmentation significative de la pollution sonore, mais ce sont les musiques amplifiées dans toutes ses formes et les loisirs bruyants qui représentent le plus grand risque puisque ces activités se pratiquent 24 h sur 24 h.

Le repos inexistant pour le système auditif

Avant l'ère industrielle, les temps libres se limitaient à des activités effectuées dans le calme ce qui est essentiel pour préserver la bonne santé auditive. De nos jours, nous "consommons" du bruit dans une journée ce que nos ancètres ont subi en décibels en plusieurs mois. Bien sûr, lorsque tout va bien, on ne veut pas y songer qu'un jour ou l'autre, à force de ne jamais laisser se reposer le système auditif, les conséquences pourraient être difficiles à supporter.

Une petite fille qui souffle

La fragilité de l'oreille interne

Cette image est très parlante de ce qui peut se produire à l'intérieur de notre oreille interne. A la naissance, l'être humain reçoit un capital de cellules cilliés, ces cellules sensorielles qui captent les vibrations sonores et les transforment en signal électrique transmis au cerveau par le nerf auditif. Ces cellules ne sont pas renouvelables.

Le site de l'INSERM propose un dossier très complet sur les troubles de l'audition et leurs conséquences que nous vous invitons à lire pour mieux évaluer les risques auxquels vous êtes exposés au quotidien.

Quels sont les critères à risque pour l'audition ?

Qu'il s'agisse d'un son agréable, par exemple de la musique, ou d'un bruit désagréable ou dérangeant, ils sont tout aussi nocifs l'un que l'autre dès lors que le niveau sonore est intense.

Voici les critères qu'il faut prendre en considération :

  1. le niveau sonore qui dépasse les 80 décibels
  2. la durée d'exposition à des niveaux sonores élevés sur une journée (ou 24 heures)
  3. la fréquence d'exposition à des niveaux sonores importants
  4. la consommation d'alcool, de certains médicaments ou d'autres substances toxiques (tabac, drogues, ...)
  5. la fatigue peut également majorer le risque auditif ou l'état de santé général du sujet.

Les Français subissent trop de nuisances sonores

Le sondage Ifop pour le Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie a révélé que 82% des Français se disent préoccupé par les questions relatives au bruit et aux nuisances sonores.

  • 86% sont gênés par le bruit et les nuisances sonores à leur domicile dont 13% sont très gênés. Ce sont principalement les bruits de la circulation et du voisinage qui sont cités ;
  • pour 28%  le bruit et les nuisances sonores gênent jour et nuit, pour 48% uniquement le jour et pour 24% uniquement la nuit ;
  • 54% disent que cette gêne dure depuis plus de trois ans ;
  • 92% disent que cela leur arrive de devoir fermer la fenêtre (23% même très souvent).

Les dangers de la musique compressée

Peu de gens savent qu'écouter de la musique compressée (mp3) comporte plus de risques qu'écouter de la musique jouée par des instruments et même un groupe d'instruments, sous réserve que le niveau sonore global ne dépasse pas certains seuils.

La compression consiste à réduire les écarts entre les niveaux sonores et prive l'oreille d'avoir des petits moments de repos entre deux seuils plus forts. L'oreille ne respire plus, mais de plus la compression la prive de toute forme de gymnastique du fait que la musique compressée est sans nuances.

Le Professeur Bruno Frachet (médecin ORL à Paris) compare cela à un accu à qui on ne permet jamais de se décharger complètement ce qui réduit sa durée de vie. L'oreille, en étant stimulée sans interruption, ne peut trouver les temps de repos nécessaires pour se maintenir en bonne santé dans la durée.

Le jeu Moins de bruit "cils" vous plaît

Pourquoi pas fabriquer ce jeu avec les enfants pour les sensibiliser au bruit ?

Il a été conçu et fabriqué en 2007 par l’association Loisirs des Petits Rois à 33400 Talence dans le cadre d'une action de sensibilisation organisée en plusieurs journées étalées sur toute une année scolaire, permettant ainsi aux enfants (école élémentaire) à être mieux préparés pour gérer les risques auditifs au moment de l'adolescence.

Le jeu a été construit dans un grand format, puis dupliqué dans un format plus petit, mais bien entendu, les éléments du jeu sont d'autant plus difficiles à concevoir, puis à conserver.

Télécharger le mode d'emploi du jeu Moins de bruits "cils" vous plaît