Imprimer

L'hypersensibilité au bruit : une véritable souffrance

Il est très difficile d'imaginer les souffrances que peuvent endurer les personnes atteintes d'hyeracousie. Dans certains cas, l'individu ne supporte plus des bruits même de très faible intensité lorsqu'ils sont dans les fréquences particulièrement atteintes par l'hyperacousie.

C'est très souvent suite à un traumatisme sonore aigu que l'on devient hyperacousique, mais c'est parfois aussi à cause d'une rhinopharyngite ou d'une sinusite mal soignées que le symptome est perçu pour la première fois.

 

Dans le cas de traumatismes sonores aigus, le système auditif a besoin de beaucoup de repos pour une récupération, parfois seulement partiel, des cellules cilliées de l'oreille interne. Le malentendant est alors tenté de constamment porter des bouchons pour se protéger, mais le port systématique de bouchons de protection peut favoriser l'aggravation de l'hyperacousie. Moins le cerveau s'entraîne à réécouter les bruits et les sons ressentis comme forts, moins il sera capable de se réhabituer un jour à le faire dans la durée. Le cerveau est comme un athlète. Lorsqu'il arrête l'entraînement, il sera de moins en moins capable de parvenir aux performances qui étaient les siennes avant l'arrêt de l'entraînement. La personne souffrant d'hyperacousie devra trouver un équilibre entre repos et "entraînement", qui est la rééducation de l'écoute où parfois l'accompagnement psychologique ou/et audioprothétique est une nécessité pour faire face.

L'hyperacousie provoque un stress intense

Lorsqu'on a du mal à supporter l'ambiance environnante, on ressent du stress et plus on est stressé, moins on est capable de supporter...

Pour contrer les effets secondaires de l'hyperacousie (angoisses, stress, insomnies), il ne faut pas hésiter à se faire aider avec quelques séances de sophrologie qui peuvent avoir un effet très favorable sur l'état général de l'individu parce qu'il sera plus détendu et supportera mieux la rééducation progressive de l'écoute dans des ambiances sonores plus ou moins intenses.

Le traumatisme auditif aigu, une urgence médicale absolue

Dans notre société où la musique amplifiée est poussée à des niveaux sonores extrêmes et fortement dommageable pour nos oreilles, personne n'est à l'abri d'un traumatisme auditif aigu. Il est impératif de traiter les conséquences dans les quelques heures qui suivront le TSA. Plus vite le sujet prendra un traitement (corticoïdes, etc.), plus les chances de récupération seront grandes. Dans certains cas, et parce que nous ne sommes pas égaux face aux nuisances sonores, la récupération ne sera que partielle. Le suivi par un spécialiste ORL sera alors impératif pour poser un diagnostic sur les conséquences du TSA dans la durée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.