Le mal-être auditif, accentué par la maladie

La maladie, quelle qu'elle soit, génère des souffrances, provoque des inquiétudes et des questionnements sur l'origine de la maladie et les perspectives de guérison. Dans certains cas, les responsabilités familiales ou les obligations professionnelles sont particulièrement difficiles à gérer.

Lorsqu'on est atteint de surdité, les démarches administratives peuvent devenir un réel casse-tête qui se surajoute au mal-être causé par les souffrances directes de la maladie. Bien souvent, ce sont des proches qui peuvent alors aider le malade malentendant, mais dans notre société moderne où la solitude et l'isolement sont assez courants, l'isolement social et même familial de la personne malentendante est amplifié en raison du handicap auditif et de la tendance naturelle de celle-ci de s'isoler.

Une personne malade

Le malentendant et le corps médical

On pourrait penser que les médecins, infirmières et autres personnels soignants soient formés à l'accueil des personnes handicapées et donc des personnes déficientes auditives, mais malheureusement, il est très fréquent de constater qu'aucun effort soit fait pour garantir la bonne compréhension des informations communiquées lors d'une consultation ou d'un suivi médical. Ceci est particulièrement préoccupant lorsque le malade malentendant doit suivre un traitement médical, un régime alimentaire ou un parcours d'analyses mécicales.

Trop souvent, le malentendant n'ose pas dire à son interlocuteur qu'il n'a pas bien compris, puis s'ajoutera le souci sur le "comment m'en sortir".

Même dans un service ORL, où l'on pratique des interventions comme l'implantation cochléaire, on peut observer que l'infirmière arrive dans la chambre et commence à parler dès son premier pas dans la chambre. Tout le monde est conscient que les personnels soignants sont débordés ! Mais pour le malade hospitalisé qui porte un bandage autour de la tête, qui vient d'être plongé dans la surdité totale (il faut compter un mois après l'intervention avant que le processeur vocal puisse être porté), c'est incompréhensible de trouver si peu d'attention de leur part.

Certaines maladies nécessitent des traitements extrêmements lourds ou/et des séjours très fréquents en hôpital de jour (traitements contre le cancer, dialyses rénales, etc.). Pour le malentendant, le défaut d'attention à son handicap auditif du personnel soignant peut engendrer des effets psychologiques préjudiciables à l'évolution favorable de sa maladie. Il faut être battant pour affronter les épreuves de la maladie, or l'isolement social face au comportement inadapté du corps médical provoque abattement et favorise la dépression déjà latente en raison de la maladie elle-même.

Adapter son comportement à la situation du malade malentendant

Il est absolument nécessaire de parler bien en face du malentendant et de vérifier qu'il ait bien compris l'information qu'on vient de lui donner en lui posant une ou deux questions pour l'inciter à répéter l'information reçue.

Le malade malentendant a tout intérêt à réclamer cette attention qui, il est vrai, demandera un peu plus de temps au soignant, mais il y va de la sécurité du malade. Bien prendre ses médicaments évitera des complications, respecter les consignes d'hygiène données avant une intervention chirurgicale permettra de respecter les règles d'hygiène de la salle d'opération, etc.

Certains malentendants préparent une petite affiche avant de se faire hospitaliser ! Cette affiche, par exemple "Je suis sourd, merci de me parler bien en face", peut être collée sur la porte de la chambre ou être posée à portée de main sur la table. L'effet est généralement garanti !

La dépendance provisoire

Les centres hospitaliers refusent de prendre la responsabilité pour les objets de valeur qui peuvent éventuellement être volés pendant l'absence du patient de sa chambre. Or, le malentendant est bien obligé de se faire hospitaliser avec ses appareils de correction auditive ou ses processeurs d'implant cochléaire.

Le malade malentendant ou sourd peut amener une grande enveloppe dans laquelle il peut mettre sa boîte de rangement contenant ses prothèses auditives, éventuellement aussi ses lunettes et son téléphone mobile. Puis, il confiera l'enveloppe bien fermée, portant son nom et le numéro de sa chambre, à l'infirmière qui généralement accepte de la prendre jusqu'à son retour dans la chambre après l'intervention.

Cependant, il faut aussi insister à ce que ses affaires lui soient restituées rapidement, même s'il y a eu une relève d'équipe dans l'intervalle de son absence du service.

Lorsqu'on se sait incapable de remettre ses appareils, il peut être utile de préparer un petit explicatif pour transmettre les informations au personnel soignant (comment changer la pile, comment allumer l'appareil, comme l'insérer dans l'oreille du malentendant, etc.)

medicament ototoxiqueAttention aux médicaments ototoxiques

Qu'on se sache atteint de troubles de l'audition ou qu'on soit prédisposé, sans forcément le savoir, pour développer au cours de sa vie des troubles de l'audition, il est important de savoir qu'il existe des médicaments ototoxiques (article paru dans la revue 6 millions de malentendants n° 15 d'octobre 2014) qui sont connus pour provoquer ou amplifier une surdité et/ou des acouphènes.

Il n'est pas rare que les patients ne soient pas informés sur ces risques d'effets secondaires sur le système auditif. Ce n'est que lorsqu'ils constatent des troubles de l'audition survenus ou aggravés peu après certains traitements qu'on leur apprend alors que malheureusement c'est une "conséquence imprévisible" de tel médicament.

Lorsqu'il s'agit de sauver une vie (une infection grave nécessitant des antibiotiques réputés comme ototoxiques ou un cancer nécessitant une chimiothérapie lourde, ....), les conséquences éventuelles sur le système auditif sont considérées comme peu importantes par le corps médical. Or, parfois il y aurait des traitements alternatifs et seule la demande expresse par le patient ou/et sa famille incite alors le corps médical à rechercher un traitement moins nocif pour le système auditif mais néanmoins efficace.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer