signaletique T

Les personnes sourdes et malentendantes sont quotidiennement confrontées à des situations plus ou moins difficiles à accepter. L'ère du tout numérique a apporté des améliorations dans certaines situations, mais en a également aggravé d'autres.

  • La mise en place de répondeurs dans la quasi totalité des services publics a singulièrement compliqué leur vie. Le remplacement de l'interlocuteur humain par un "interlocuteur informatique" (un robot) est très mal vécu lorsqu'on a des difficultés de compréhension et qu'on ne peut faire répéter ce qu'on ne comprend pas. Le manque de souplesse est particulièrement énervant lorsque l'on est déjà obligé de se débattre avec des problèmes administratifs.

  • Bon nombre de plateformes informatiques d'établissements recevant du public (E.R.P) n'offrent pas de services accessibles aux personnes sourdes et malentendantes (pas de services en langues des signes, pas de services en messagerie directe). Parfois, ces services existent, mais pour découvrir la "porte d'accès", c'est un vrai jeu de piste et la perte de temps est énorme pour un service rendu minime.

  • On trouve tout à fait normal de bien accueillir une personne à mobilité réduite grâce à une rampe d'accès ou un ascenseur adapté à la taille des fauteuils roulants. Cependant, les E.R.P. disposant d'un système d'accueil pour malentendants sont encore rares et ceux qui ont fait le choix d'acquérir un système répondant réellement aux besoins des malentendants sont encore bien plus rares. Nous constatons que l'obtention du label Tourisme et Handicap ou d'un autre label est le principal moteur pour l'acquisition d'une boucle magnétique compacte. Le critère de l'intérêt réel pour le malentendant n'est que rarement pris en considération. Nous appelons cela une accessibilité non transparente !

  • Le logement des particuliers doit parfois être aménagé pour éviter la mise en danger de la personne sourde ou malentendante. Nous en citerons quelques exemples dans cette rubrique sur l'accessibilité au quotidien.

  • Les personnes sourdes et malentendantes, en fonction du degré de leur surdité et de leurs pathologies auditives, peuvent profiter de la vie culturelle, à conditions que les cinémas offrent des films sous-titrés et un niveau sonore correcte. Les lieux culturels équipés d'une boucle magnétique leur permettent de participer à des conférences et des débats, sous réserve que le degré de leur surdité soit inférieur à la surdité profonde.