Une remise en question de toute une vie

Le chômage est une période difficile et compliquée à vivre pour tous ceux qui y sont confrontés. En période de chômage de masse, même les personnes avec une expérience professionnelle solide suite à de longues études supérieures, ne sont à l'abri de connaître un jour ce qui est vécu comme un rejet par la société des compétences et qualifications durement acquises.

recrutement

Le chômeur malentendant enfoncé dans sa fragilité

Il est évident que lorsqu'on se retrouve à faire la queue au Pôle Emploi, à participer à des réunions d'information avec d'autres personnes en recherche d'emploi qui décrivent leurs difficultés pour parvenir à décrocher des entretiens, le malentendant en recherche d'emploi est encore plus confronté à des sentiments de pessimisme, de dévalorisation de sa propre valeur et de doutes pour retrouver un emploi équivalent à son emploi perdu. 

Si les troubles de l'audition sont survenus en cours du dernier emploi, mais que l'intégration dans l'entreprise grâce aux bonnes relations établies avant la survenue du handicap n'avait jamais posé de problèmes, le candidat malentendant se sentira néanmoins en position de grande fragilité en raison de ces perspectives nouvelles de lutte pour pouvoir être recruté en dépit de son handicap.

Les emplois réservés

Heureusement, la législation française oblige les employeurs d'embaucher un quota de salariés handicapés. Les établissements ne remplissant pas ou que partiellement cette obligation doivent s'acquitter d'une contribution à l'Agefiph, le fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Ce même fonds peut contribuer à votre reconversion professionnelle, si en raison de vos troubles de l'audition l'exercice de votre ancienne profession s'avérait difficile ou que vos recherches d'emploi ne pouvaient aboutir.

Puis, il ne faut pas négliger la possibilité d'un éventuel recrutement dans la Fonction Publique.

Communiquer sur son handicap

Certains conseillers du Pôle Emploi ou des cabinets de recrutement conseillent de ne pas mettre sur le CV qu'on est travailleur handicapé. Si le handicap n'est pas significatif, cela peut effectivement ouvrir à un plus large choix d'emplois. Si le handicap auditif représente une gêne réelle dans la communication (en réunion, au téléphone, dans des locaux "openspace", etc.), mieux vaut clairement annoncer le handicap auditif. Pourquoi alors ne pas mettre en avant le fait que l'embauche d'une personne handicapée permet d'aller dans le bon sens pour respecter l'obligation d'embauche de personnes handicapées ? Très souvent, il est possible de trouver des arguments mettant en valeur le candidat malentendant tout en disant clairement au recruteur ses limites.

Dans certains cas, une aide technique peut permettre au candidat malentendant de faire face à ses nouvelles obligations professionnelles. La technologie Bluetooth permet à certains malentendants de téléphoner avec plus de facilités ; un bureau se trouvant éloigné des nuisances sonores (photocopieur, espace de pause où les collègues prennent leur café, etc.) permet le dialogue facilité avec ses collègues directs, un accord avec l'employeur pour avoir recours à une société tierce faisant l'interface entre le malentendant et certains de ses interlocuteurs téléphoniques (Tadeo ou Le Messageur) permet de gérer un poste avec des responsabilités, etc.

La règlementation est en constante évolution. Le conseiller de Pôle Emploi ou le cabinet de recrutement ayant délégation pour suivre les demandeurs d'emploi handicapés (Cap Emploi, etc.) peuvent fournir les éléments complémentaires qui pourraient avoir une réelle plus-value pour concrétiser l'embauche d'un salarié handicapé.

 

Enregistrer

Enregistrer