Cinéma en VFST, théâtre avec un collier magnétique ...

Grâce à la multiplication des films en version française sous-titrée VFST (voir le site de cinest.fr), les déficients auditifs peuvent s'adonner aujourd'hui au plaisir du cinéma. Si pour certains, le niveau sonore de films d'action est trop fort, on peut toujours y remédier en éteignant temporairement les aides de correction auditive. Malheureusement, la projection des films en VFST est souvent limitée à une seule séance par semaine si toutefois le cinéma a pour politique l'intégration des déficients auditifs (c'est loin d'être universel !)

 

Une bande de film

Militer pour une meilleure considération du handicap auditif

Dans les communes où des malentendants et sourds ont décidé de militer pour obtenir une meilleure prise en considération de leur besoin en films en VFST, il est de plus en plus fréquent d'assister à la banalisation de ce mode de diffusion. Certaines directions de cinéma font valoir que les clients entendants n'aiment pas regarder des films sous-titrés parce que cela les dérangent dans leur concentration....! Il ne faut alors surtout pas se décourager, mais insister sur le fait que la loi du 11 février 2005 ne peut plus être ignorée. Elle précise dans les détails l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Le Théâtre accessible

De plus en plus d'établissements culturels et notamment des théâtres proposent la mise à disposition de dispositifs soit avec un collier magnétique, soit avec un casque individuel. Là où l'installation d'une boucle d'induction magnétique est trop compliquée, ces dispositifs donnent de très bons résultats.

La prise de son dans un théâtre n'est pas simple car les acteurs bougent sur la scène et la qualité acoustique peut être variable tout au long de la pièce de théâtre. Mais cela vaut la peine de faire des essais, puis de faire remonter l'expérience à la Direction de l'établissement. Parfois, il est possible de remédier pour apporter des améliorations.

Conférences, débats, lectures...

L'idéal pour la personne malentendante serait de disposer d'un accessoire sans fil fonctionnant avec ses propres appareils de correction auditive. Cependant, ces accessoires ont un coût qui s'ajoute au coût déjà relativement important des aides de correction auditive. Si on a vécu une vie culturelle riche avant d'être atteint de surdité et autres troubles de l'audition,on est d'autant plus décidé à faire des sacrifices par ailleurs afin de pouvoir s'équiper d'aides techniques qui facilitent le maintien dans une vie culturelle active et riche.

Chacun doit trouver ce qui lui convient le mieux ! Les associations de personnes malentendantes peuvent parfois dispenser des conseils judicieux pour trouver des solutions satisfaisantes.

Concerts, soirées dansantes, chorales...

Notes de musiqueLes personnes devenues sourdes sont souvent très frustrées du fait que la musique a perdu toute sa saveur à cause des baisses et autres troubles de l'audition. Assister à un concert, faire partie d'un club de danse ou d'une chorale, aller avec des amis en discothèque, etc. sont devenues des activités de loisirs quasiment impossibles. Plus les pertes auditives sont importantes, moins la musique peut encore être appréciée. La surdité de perception, de loin la plus fréquente, se caractérise par des pertes les plus importantes dans les fréquences aiguës ce qui rend la tonalité de la musique bien différente de ce que le devenu sourd avait connu avant la survenue du handicap auditif.

Déception, frustration et mal-être sont la cause du retrait progressif de ces activités avant que la surdité devenue plus importante les rende parfois totalement impossible.

Pour continuer à profiter encore un peu de l'écoute de la musique, l'acquisition d'une aide technique (un collier magnétique ou un dispositif Bluetooth) permet d'écouter ses morceaux préférés dans les meilleures conditions encore possibles. La musique est alors diffusée directement dans l'aide de correction auditive, sans pertes du signal sonore dues à la distance entre la source (radio, baladeur, etc.) et l'oreille du malentendant. L'audioprothésiste est le mieux placé pour conseiller l'accessoire ou l'aide technique adaptée, mais tous fonctionnent grâce à la position T qui doit être activée au préalable par l'audioprothésiste.

Visites de musées et d'expositions

Heureusement, il y a un tas d'autres activités culturelles que les personnes malentendantes peuvent faire sans trop de gênes en raison de leur pathologie auditive. De plus en plus de musées proposent des audioguides, un dispositif où les commentaires du guide sont enregistrés. Pour les malentendants équipés d'appareils auditifs disposant de la position T, il y a très souvent des colliers magnétiques mis à disposition pour la visite. On peut aussi trouver des dispositifs avec casque ou oreillettes pour les malentendants qui ont encore suffisamment de capacités auditives ou ne disposent pas d'un appareillage avec position T.

Des expositions, des salons du livre, des bibliothèques/médiathèques, etc., donnent aux déficients auditifs de multiples occasions de vivre une vie culturelle et sociale tout en s'exposant un peu moins à des niveaux sonores ressentis comme gênants et ne demandant pas des efforts de concentration trop pénibles.

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer